• Denis THUILLLIER

Vous apprenez vite ? Mais est-ce que vous retenez longtemps ? Pas si sûr ...

Mis à jour : août 26



Vous apprenez vite ? Mais est-ce que vous retenez longtemps ? Pas si sûr, car notre cerveau est une vraie passoire ! Selon la célèbre courbe de l’oubli d’Ebbinghaus, on oublie aussi vite qu’on apprend.

Pour lutter contre cette obsolescence programmée, plusieurs conditions sont nécessaires :


Donner du sens ! Parce que notre cerveau censure promptement tout ce qui ne l’intéresse pas. On n’apprend que ce qui fait sens pour nous … ce qui explique pourquoi vous aviez du mal à mémoriser les maths ou l’Histoire …


Etre concentré ! On n’apprend pas distraitement. Notre capacité de mémorisation est sérieusement altérée par tout ce qui nuit à notre concentration comme la fatigue ou l’environnement et le moment qu’on choisit pour apprendre a son importance.


Répéter ! qui ne s’est pas entendu dire un jour « je te l’ai déjà dit », « tu n’as pas bien lu » … rassurez-vous si on n’a pas retenu c’est normal, restez patient car pour apprendre il faut répéter.

Répéter certes, mais pas tout le temps ni sans discernement. Un apprentissage bien ordonné va placer des séances de travail afin raviver la mémoire précisément au moment où elle commence à s’estomper.


Moralité : quand on révise « mieux » on a moins besoin de réviser car on oublie moins, et on progresse durablement.


Il en est de même en entreprise. Un entraînement soigneusement programmé favorisera plus surement l’intégration de compétences nouvelles au quotidien que quelques jours de formation.

©Stratégie des champions